Augmentation mammaire : avez-vous aussi besoin d’un lifting ?

Augmentation mammaire : avez-vous aussi besoin d’un lifting ?

Augmentation mammaire : avez-vous aussi besoin d’un lifting ? Après l’augmentation mammaire, le lifting des seins (ou mastectomie) est une intervention très pratiquée. Les femmes sont souvent préoccupées par une poitrine tombante. D’ailleurs, ces deux chirurgies vont parfois de pair : on appelle cela une plastie-prothèse. 

Parfois, certaines femmes venant en consultation dans mon cabinet à Nice car elles souhaitent augmenter la taille de leurs seins ont en réalité aussi besoin d’un lifting mammaire. C’est souvent le cas pour les patientes qui ont “perdu” leur sein d’antan : après une ou plusieurs grossesses, l’allaitement, une importante perte de poids.  

Dans quels cas la plastie-prothèse est-elle recommandée ? 

Vraie ou fausse ptose mammaire ? 

En matière d’augmentation mammaire, une grande partie des patientes sont des mères qui souhaitent redonner du volume à leurs seins ou retrouver un volume qu'elles avaient auparavant. Beaucoup de ces femmes présentent une ptose ou une chute des seins.  

On peut dire qu’il y a ce qu’on pourrait appeler une “vraie” ptose mammaire, et une “pseudoptose’. On reconnait une vraie ptose à la position du mamelon par rapport au pli inférieur du sein : dans ce cas, l’aréole mammaire est projetée en dessous du sillon. Si le mamelon reste au-dessus, on ne parle pas de véritable ptose, et dans ce cas, une augmentation mammaire avec prothèses peut remédier à la légère chute, sans avoir à réaliser de lifting des seins. 

La technique d’augmentation mammaire par voie sous-musculaire Dual Plane a clairement réduit le nombre de plastie des seins.  

L’importance de l’examen clinique : chaque femme est différente 

D’autres facteurs sont à prendre en compte dans la nécessité de réaliser un lifting des seins ou non.  

Lors de la consultation initiale à mon cabinet de Nice, je procède à une analyse approfondie du sein, de votre buste, de votre peau tout en prenant des mesures minutieuses. 

Je vais regarder la poitrine de côté, de face, les bras levées, non levés. Si le mamelon reste positionné au niveau ou au-dessus du pli inférieur du sein, je ne recommande généralement pas de lifting.  

Cependant, plus le tissu mammaire est important, plus la qualité de la peau est mauvaise (très fine, peu ou pas élastique), plus je suis susceptible de recommander un lifting en plus de l’augmentation du volume avec un implant. En effet, sans lifting, la prothèse ne fera qu’alourdir les seins et accentuer l’affaissement. Le résultat ne sera pas esthétique ! 

Lifting des seins ou non : 5 facteurs importants  

Plus concrètement, je regarde :  

#1 La quantité de peau du sein en excès - plus il y a de peau en excès, plus la probabilité d'avoir besoin d'un lifting est grande 

#2 La quantité de tissu mammaire : plus il y a de tissu mammaire, plus la probabilité d'avoir besoin d'un lifting est grande 

#3 L'élasticité de cette peau - plus l'élasticité est faible, plus la probabilité d'avoir besoin d'un lifting est grande 

#4 La fermeté des tissus : plus le tissu mammaire est mou, plus il est probable que vous ayez besoin d'un lifting des seins 

#5 La position du mamelon par rapport au pli inférieur du sein 

La plastie et la pose de prothèses sont-elles effectuées en même temps ? 

Oui, dans la grande majorité des cas, ces deux procédures sont effectuées dans le même temps. Cela permet de repositionner l’aréole sur le sein en la recentrant et réduire l’excès de peau existant pour redraper la poitrine, et poser les implants mammaires au sein de la même intervention.  

Est-ce qu’un lifting des seins nécessite des cicatrices ? 

Oui, mais je privilégierai toujours une solution avec le moins d’incisions possibles.  

Une petite incision sera faite tout autour de l’aréole en cas de ptose faible ou modérée.  

On peut également choisir de réaliser une cicatrice autour de l’aréole et une autre verticale, et enfin, dans les cas où la ptose est très importante, ce sera une cicatrice en forme de T inversé (aréole, verticale et sous le sillon). 

Dans des conditions de cicatrisation normales, ces marques sont fines et très peu visibles.  

Un lipofilling (soit l’injection de graisse provenant de la patiente) peut permet de retendre la peau sans avoir à réaliser d’incision dans les cas de ptose légère. Ou il peut venir compléter l’ensemble de la procédure. 

Il peut arriver qu’on réalise un lifting d’abord, puis que la pose des implants mammaires s’effectue quelque mois plus tard. Mais cela reste rare : c’est du cas par cas. En matière de chirurgie mammaire, il faut choisir le sur-mesure car chaque personne est différente !  

L’objectif donc toujours d’obtenir un résultat naturel, que ce soit à la vue comme au toucher, harmonieux et qui évolue bien avec le temps. 


Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *