Le regard est un des reflets importants de notre personnalité, de notre âme. C’est le plus souvent à travers lui que se font les premiers échanges sociaux entre deux individus. Bien que l’œil est la partie du visage qui change le moins durant le vieillissement, son environnement est lui, très fortement altéré avec les années, donnant au regard un aspect triste, fatigué ou cerné.

Dans le cadre de mon métier de chirurgien esthétique, avant tout acte, je considère le temps de l’analyse comme primordial. L’étude du regard ne se limite pas qu’aux yeux, elle s’inscrit dans une entité qu’est la personne et s’envisage plus précisément depuis les ailes du nez jusqu’au front et aux tempes. Il ne suffit donc pas de traiter uniquement les cernes ou les poches, mais il faut aborder la région dans son ensemble, bien connaître l’anatomie et, souvent, associer différentes techniques pour obtenir un résultat naturel, intégré à l’ensemble du visage.

Lors de votre premier rendez-vous, à l’aide de photographies et de vidéos, nous aborderons votre regard à travers vos yeux, vos paupières, vos cils, vos sourcils, votre région péri–orbitaire (cernes, pattes d’oie), vos tempes, les possibles vallées des larmes et vos pommettes.

Première partition possible pour les yeux : l’atténuation des rides et le re repositionnement des sourcils.

Quelques unités de toxine botulique permettront d’ouvrir le regard et en remonter la queue du sourcil.

Avec l’âge, le relâchement de la peau peut entraîner un alourdissement des paupières, donnant parfois un regard de chien battu ! Pour souligner à merveille la frange des cils, la blépharoplastie peut éliminer certains excédents de peau sans dénaturer votre identité.

Retirer les poches pour obtenir un regard moins fatigué, sera également possible, comme remplir des cernes creux.

Quoi qu’il en soit, la chirurgie sera en mesure de répondre à vos besoins.